Le Hezbollah une organisation terroriste réaffirment les ministres des A.E. du CCG

Affaires étrangères du Conseil de coopération du Golfe

طالبوا مع أبعاد بـ #المؤبد_إلو_الحياة_إلها

Les ministres des Affaires étrangères du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont réaffirmé, dans un communiqué publié mercredi, qu’ils considérent le Hezbollah comme une organisation “terroriste”.

Le 2 mars, “les Etats du CCG ont décidé de classer comme organisation terroriste la milice du Hezbollah, y compris tous ses dirigeants, factions et associations”, avait annoncé Abdellatif Zayani, secrétaire général du groupement régional formé de l’Arabie saoudite, du Qatar, de Bahreïn, du Koweït, des Emirats arabes unis et d’Oman.

Cette mesure était intervenue au lendemain d’un virulent discours du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah qui avait accusé l’Arabie saoudite, chef de file du Conseil de coopération du Golfe (CCG), d’œuvrer pour une “sédition entre musulmans sunnites et chiites”.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, a quant à lui envisagé mercredi des mesures restrictives contre le parti chiite libanais. “Nous étudions des mesures restrictives contre le Hezbollah, et les pays du Golfe vont empêcher le parti de tirer profit d’eux sous une quelconque forme”, a fait savoir M. Jubeir, lors d’une conférence de presse.

Il a expliqué que ces mesures se traduiront par “des sanctions contre des personnes et des entités afin que celles-ci ne puissent pas se rendre dans les pays du CCG. “Ce qui nous dérange, c’est qu’une milice puissent prendre en otage la décision du Liban”, a-t-il ajouté.

Le 26 février, le royaume avait déjà sanctionné pour “terrorisme” plusieurs compagnies et individus libanais “liés au Hezbollah”.

“Tout libanais honnête sera bien traité”

Les chefs des diplomaties des monarchies du Golfe ont également fait savoir qu’ils s’opposaient aux “ingérence de l’Iran dans les affaires de la région”. Ils ont en outre appelé à préserver l’unité de la Syrie, alors qu’une fédéralisation du pays est sur les lèvres de plusieurs puissances occidentales ces derniers temps.

Les ministres ont aussi appelé le Conseil de sécurité de l’Onu à adopter un mécanisme contraignant afin de maintenir le cessez-le-feu en Syrie. Ils ont enfin salué la création d’une coalition militaire islamique contre le terrorisme, dirigée par l’Arabie saoudite.

Au Liban, l’ambassadeur saoudien Ali Awad Assiri a été convié au Grand sérail afin d’assister à une réunion des ambassadeurs arabes, notamment ceux du CCG. “Nous avons répondu à l’invitation du Premier ministre Tammam Salam, et sommes venus écouter ce qu’il a à dire”, a fait savoir M. Assiri. L’ambassadeur du Koweït, Abdel Aal al-Kinaa’i, a quant à lui affirmé avoir eu des assurances de la part de M. Salam au sujet des bonnes relations entre les monarchies du Golfe et le Liban. “Tout Libanais honnête sera bien traité par les pays du CCG”, a-t-il fait savoir. Il a précisé qu’il n’y avait “aucune mesure sanctionnant les Libanais n’ayant aucun problème avec les pays du Golfe”.

“M. Salam nous a demandé de faire parvenir un message clair à nos dirigeants, et nous insistons sur l’attachement des pays du Golfe à la stabilité du Liban et à la poursuite des efforts en vue de bonnes relations avec Beyrouth”, a-t-il conclu.

التعليقات مغلقة.